autoentrepreneur n’est pas un métier

alfort secretariatAujourd’hui, je suis tombée sur un article du nouvel obs. daté de janvier 2018 d’une entrepreneuse qui a échoué en étant en autoentreprise.

Je vous mets le lien : https://www.nouvelobs.com/economie/20180117.OBS0795/la-galere-d-une-autoentrepreneuse-a-deux-doigts-du-burn-out.htm

Cette dame  souligne le fait qu’elle est devenue autoentrepreneur.

Non, elle n’est pas devenue autoentrepreneur car l’autoentreprise n’est pas un statut juridique mais un régime fiscal et cela a toujours été depuis sa création.

Est-ce qu’un artisan qui est imposé à IS, dit je suis « impôt sur les sociétés », cela vous paraît ridicule.

Et vous avez raison.

Un entrepreneur qui opte pour l’auto entreprise ou aujourd’hui appelé micro-entreprise est un entrepreneur individuel.

Il faut arrêter de confondre statut juridique et régime fiscal qui sont deux choses différentes.

Je vous donne la définition d’un statut juridique : c’est le statut dans lequel vous allez exercer votre activité.

  • entreprise individuelle
  • SARL
  • SAS
  • SASU
  • SA

pour les plus connus.

Le régime juridique est la manière dont vous allez être imposé pour votre travail : IS (impôt sur les sociétés) ou IR (impôt sur le revenu)

Apprenez à faire la différence, si déjà vous n’arrivez pas à différencier les deux, ne vous lancez pas dans l’entrepreneuriat.

C’était un petit aparté avant de reprendre sur l’article qui nous concerne.

Cette dame Sophie Vouteau souligne le fait qu’elle a été vite donc la seule option qu’elle a trouvé, c’est l’autoentreprise, donc elle s’est précipité dans ce qu’elle croyait un échappatoire pour avoir de l’argent rapidement.

Madame Vouteau, on ne se lance pas dans l’entrepreneuriat à la va-vite, cela se prépare, il faut étudier le marché dans lequel vous allez travailler, il y a tout un travail préparatoire avant de se lancer.

Dans l’article, il est précisé :  « quand quelqu’un embauche un autoentrepreneur », je suis sidérée de voir encore cela en 2018.

Un autoentrepreneur n’est pas un salarié, mais un chef d’entreprise et il a donc des clients comme n’importe quelle entreprise.

Je ne comprends pas cette dame de mettre l’échec de son activité sur le compte du régime de l’autoentreprise.

Madame Vouteau, vous n’avez pas su gérer votre activité, faire la part des choses et vous imposez en tant que chef d’entreprise.

Vous avez souffert pour essayer de réussir.

Effectivement, vous n’avez pas cru en votre activité et vous ne vous êtes pas battue.

Vous avez raisonné en tant que salariée et non en tant que chef d’entreprise.

Une activité se créée avec la passion, si déjà vous voulez dès le départ vous enrichir.

Certes, vous n’êtes pas faites pour être chef d’entreprise.

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.