tournée 110
J’ai eu le loisir d’être invitée par une amie pour me rendre à la tournée 110 de Franck Nicolas à Paris. Mon mentor, oui, je le dis haut et fort, je le suis depuis déjà plusieurs années, voyant cette opportunité que je désirais tant depuis toutes ces années, j’ai accepté.

Le grand jour de la tournée 110

Ça y est, c’est le grand jour, je l’ai tellement attendu. J’y retrouve deux amies connues sur les réseaux sociaux, une depuis 2012 que l’on se connait, mais jamais rencontrées. Eh là, nous sommes là toutes les trois pour vivre cette aventure intense en émotions.
C’était le moment où je devais m’évader de mon quotidien, de mon entourage pour me ressourcer et pendant toutes ces années où j’ai donné beaucoup aux autres, pour une fois c’était mon tour de profiter d’un moment rien qu’à moi.
Me voilà dans cette salle impressionnante, pleines de lumières, 1500 personnes dans la salle, waouh, on ressent cette atmosphère de bienveillance autour de nous, toutes ces personnes sont là pour la même chose, vivre une aventure extraordinaire.
On démarre, musique tellement entrainante que l’on se met à danser, je n’étais pas prête pour ce que j’allais vivre, un vrai spectacle avec des danseuses, des séances de coaching pour garder l’énergie, il faut dire que nous sommes là pour une journée entière de conseils.

Un grand remue-ménage dans ma tête

Moi, j’ai cette carapace qui n’arrive pas à s’enlever malgré cette ambiance. Il faut dire que pendant toutes ces années, où on m’a considéré comme un vilain canard, où rare sont les fois, que l’on m’a dit que l’on m’aimait pour ce que je suis et non pour ce que je peux apporter aux autres.
Toutes ces années, où je me suis dévalorisée et que je le fais encore, car je ne me sentais pas à ma place dans ce monde qui me demandait de rentrer dans des cases, de respecter les règles. Quand les gens te font sentir que tu n’es qu’une moins que rien, quand tu ne corresponds pas à leurs critères, quand tu n’as pas autant d’argent qu’eux.
La vie ne m’a pas épargné, j’ai mon lot de souffrance, mais je me suis toujours battue pour me faire admettre et faire valoir mes compétences et je continue de me battre, mais aujourd’hui, je n’ai plus envie de chercher à plaire à qui que ce soit.

Compréhension 

Ce week-end m’a permis de comprendre beaucoup de choses, même si je ne suis pas arrivée à me lâcher complètement, car difficile à faire craquer cette carapace tellement solide.
J’ai enfin compris, durant ce week-end, que vouloir plaire aux gens, n’était pas la bonne méthode. J’ai enfin décidé d’être moi, l’authentique moi, de travailler, de vivre avec mes valeurs, cela ne plait pas, ce n’est pas grave, passe ta route, je n’ai pas besoin de tous ces gens qui ont abusé de ma gentillesse pendant toutes ces années et qu’aujourd’hui, je ne suis plus la personne à fréquenter, car je ne corresponds pas à leurs critères.
Je veux aujourd’hui, m’affirmer telle que je suis, je sais que c’est une route longue et sinueuse, mais je ne retournerai pas arrière, je sais que je suis compétente dans mon métier et je suis certaine que j’attirais les personnes qui sont identiques à moi.

Mon moi intérieur

À un moment, ma carapace s’est craquelée et j’ai pleuré, pleuré de ressentir des émotions qui m’envahissaient, mais elle s’est juste fissuré et cette carapace est tenace, et elle est encore là.
Pendant toute cette journée, j’ai ressenti un bien-être intérieur intense que je cache dans cette carapace qui me tiraille, je suis reconnaissante pour avoir vécu cette journée et je pense que je le referai, car au fur et à mesure, j’arriverai à enlever ce masque que j’ai en moi.
Tournée 110, mon ressenti

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.